Time in Geneva {Chronique d'un jour}

Publié le 23 Novembre 2014

Time in Geneva {Chronique d'un jour}

Samedi. Week end de congé. Pas d'horaire, pas de contrainte, pas de rendez-vous. Lectures et films au programme, et puis dormir aussi. Ce froid, ce brouillard. Je sens que je rentre progressivement en hibernation.

9h et des poussières : j'ouvre un oeil. J'ai programmé le réveil hier soir pour ne pas trop dormir ? Oui, je l'ai fait. Allez, je dors encore un peu.

10h, le réveil sonne : déjà 10h? C'est con quand même, j'aurais pu me lever un peu plus tôt. Mais qu'est-ce que je suis bien, là, sous ma couette. Qu'est-ce qu'il est moelleux cet oreiller. J'ai pas fait un rêve bizarre juste avant? J'ai une impression dérangeante. J'ai pas rêvé de "Masters of sex", et que l'assistante c'était moi ? Ah mais oui c'est ça. Je vais dormir encore, l'image disparaitra. C'est persistant les rêves. Je ferme un oeil. Puis le deuxième.

11h26 : Ah oui quand même. C'est fou, j'ai encore envie de dormir. Et pourquoi je ne le ferais pas? Je fais bien ce que je veux après tout. Une image me traverse l'esprit. Hier à l'école. Une salle pleine de futurs travailleurs sociaux. Un jeu de rôle. Une situation fictive de suivi social d'une mère et son enfant. On a tous assisté aux mêmes séances qui évoquaient le jugement et la bienveillance du travailleur social envers l'autre ? C'est pas toujours joli joli à voir ce qui sort en cours, et même sacrément dégueulasse parfois. Non, nous ne serons pas tous bienveillants. Je vois des flashs, j'entends nos voix, je nous revois tous assis là en rond, faisant semblant d'être dans la situation. Semblant vraiment? A moins que la nature profonde ne ressorte dans ces jeux de rôle. Ca me tape sur les nerfs. Je devrais arrêter d'y penser.

Je pense à cet ami qui me conseillait de faire un blog sur le travail social, ce métier, ça pourrait intéresser des gens m'avait-il dit. Peut être oui, moi j'aimerais beaucoup lire le blog d'un travailleur social, mais alors dans un style léger. Pas quelque chose de didactique. Quelque chose de léger, sur des sujets sérieux. Quel boulot d'écriture et de réflexion si je me lançais là dedans! Il ne s'agirait pas d'écrire spontanément, tout et n'importe quoi. Ou alors je ferais en sorte que personne ne sache qui se trouve derrière ces propos lâchés sur le net. Et si je racontais des situations vécues, et le secret professionnel ? Ecrire sur mes valeurs, mes idées de la profession, les coups durs, en laisser une trace sur internet. Risqué. Et pourquoi pas. Je devrais y réfléchir. Commencer pendant mes études ? Un blog d'étudiante en travail social ? Commencer après le diplôme ? J'en sais rien. Je...

12h38 : Ah oui d'accord. Je vais peut être me lever. J'ai un peu bousillé une matinée, non?

12h39 : Le ciel est gris, d'un gris épais. J'ai plus de café. J'arrive pas à me réveiller. C'est chiant. Demain je serai au taquet, dès 8h. Bon, je fais quoi? J'ai vu le dernier épisode de The Affair. Downton Abbey c'est fini pour cette saison. Je vais regarder Grey's Anatomy. A la fin, la voix de Meredith nous parle du temps qui passe, de la mémoire, des souvenirs. Ceux qui restent, ceux qui ne restent pas. Pourquoi l'esprit imprime à vie un évènement plutôt qu'un autre? Je pense. Pourquoi moi j'ai imprimé ce souvenir-là plutôt qu'un autre? Meredith me donne un semblant de réponse. J'ai les yeux qui s'embuent. La petite musique de fin d'épisode. Il faut que j'achète du café.

....

16h : Le premier de la journée. Que c'est bon.

16h et des poussières : j'ouvre mon colis. 1 livre, des DVD. Métaphysique de la putain de De Sutter. J'ai entendu parler l'auteur dans l'émission "Putain, c'est pas facile", tombée dessus par hasard, et j'ai aimé ce qu'il a dit, alors je vais lire ce qu'il a écrit.

16h14 : Je pose le livre sur une pile, sur précisément Dressing (Jane Sautière) que j'ai acheté à Saint Germain, il pleuvait je me souviens, après avoir lu un billet de blog sur Café Mode. C'est un essai qui raconte le rapport de l'auteur à quelques pièces de son dressing, leur histoire, les souvenirs que chacun d'eux renferment. J'aime bien l'idée. Ca me donne envie de faire la même chose.

16h52 : C'est pas un peu tôt pour allumer des bougies? Oui mais il fait si gris dehors.

17h02 : Il fait nuit là où j'hallucine?

17h07 : Ah oui, non, je n'hallucine pas, il fait nuit. Déjà.

....

19h32 : Ça y est, je suis motivée pour lire. J'avais toute la journée pour le faire. Pourquoi je perds toutes ces heures? Est-ce que je les perds vraiment au fond? Je suis un cas désespéré. Peut être que je devrais arrêter de penser que je suis un cas désespéré. Je devrais lire au lieu de tenir ma revue entre les mains et continuer de penser que je suis un cas désespéré. J'ouvre le Causette du mois d'Octobre.

....

Si jétais sortie ce soir, ça aurait été au Time en vieille ville. Ouvert il y a quelque semaines, c'est un resto&lounge, tout de verre et de canapé couleur framboise, design moderne, équipe dynamique. Ils servent entre autres des assiettes de tapas à des prix très correct. On a eu de la chance, parce qu'ils venaient tout juste d'ouvrir quand on a attéri là-bas par hasard, c'est souvent par hasard que je fais les meilleures découvertes, ils étaient tout attentionné, la photo au dessus, les verrines, c'était un cadeau de bienvenue, saumon cru, petites herbes et crème. Quand à l'assiette de tapas, un mix d'un certain crustacé dans le verre à cosmo, crustacé dont je ne me rappelle plus le nom, blinis et petits oeufs... Et à part ça, des soirées spéciales avec DJs et musiciens sont à venir.

Mais je ne sors pas ce soir, je vais écrire sur le blog. Oui mais écrire quoi? Je jette un oeil  à quelques brouillons d'articles, quelques photographies. Rien ne m'inspire. Rien d'intéressant ne s'est passé aujourd'hui. Et pourtant si. Ce genre de journée, c'est le terreau qui me permet de vivre des choses intéressantes. Je pense, j'imagine, je dors, je prends du plaisir. C'est pas sexy une journée mise à nue comme ça. Où rien ne se passe vraiment. Dans cette société où on est censé faire faire faire. Je peux quand même pas raconter ça.

Et pourquoi pas ?

Time in Geneva {Chronique d'un jour}
Time in Geneva {Chronique d'un jour}

Le Time, Resto & Lounge, Genève, 13 Rue de la Cité

letime.ch

Rédigé par Magali

Publié dans #Genève, #carnet d'humeurs

Repost 0
Commenter cet article