{voyage} au dessus des capitales

Publié le 13 Mai 2015

{voyage} au dessus des capitales

Je ne fais pas les voyages dont je rêvais adolescente. Je n'ai toujours pas mis un pied aux États Unis, je ne suis toujours pas retournée à Londres depuis cette unique journée au pas de course lorsque j'avais 16 ans et je n'ai jamais vu les pyramides d’Égypte. Mais je sais maintenant qu'on glisse des prières entre les pierres du mur des Lamentations à Jérusalem parce que je l'ai vu de mes yeux, j'ai appris à me faufiler entre les voitures à Pékin et je me suis baignée dans la grande barrière de corail là où il y aura bientôt plus de corail.

Je me rappelle d'un ami, j'avais 20 ans, il en avait presque 30. Il me disait, "tu sais ce qui est génial c'est d'avoir des amis qui vivent loin sur différentes parties du globe et de pouvoir les rejoindre, ça fait voyager" Je me disais c'est triste d'avoir des amis qui vivent loin, et puis j'en ai pas d'amis qui vivent loin, il a de la chance.

Et puis 10 ans sont passés. Et aujourd'hui, j'ai des amis qui vivent loin, et je ne trouve pas ça triste. Vivre mes voyages avec eux, dans le pays où ils sont installés, dont il parle la langue, c'est une chance assez extraordinaire. Même si ça tend aujourd'hui à être de plus en plus ordinaire. C'est un peu générationnel peut être. Mes amis connaissent tous plus ou moins quelqu'un qui vit loin. Je me rends compte des opportunités que ça m'offre. Je n'aurais pas pensé à certaines destinations ou je n'aurais pas osé seule, peut être. Cette jolie phrase La vie a plus d'imagination que nous trouve tout son sens. Je n'aurais pas imaginé aller en Israël un jour par exemple parce que j'aurais une amie qui y serait installée, et que cette amie je l'aurais rencontré en vivant à Pékin (je n'aurais pas imaginé non plus aller vivre à Pékin et rencontrer cette amie).

C'est la formule que je préfère, préparer mon voyage seule et rejoindre un ami sur place, prendre l'avion et rêver à mon voyage, et puis ressentir ce frisson à l'atterrissage en pensant très fort à l'ami qui n’est plus qu'à quelques mètres de moi. Et récupérer les bagages. Et voir son visage apparaître à la sortie du Terminal. Les sorties des Terminal, c'est ce que je préfère dans les aéroports, la foule pressée devant les arrivées, et les gens chargés de bagages, les traits tirés par la fatigue, mais cet air indescriptible quand ils aperçoivent ceux qui sont venus les attendre, c'est tellement émouvant.

Tout ça pour dire que j'ai pris un billet pour Prague, parce qu'un ami vit là-bas, et que je n'y suis jamais allée et que je me réjouis.

Belle journée à vous !

Rédigé par Magali

Publié dans #Escapades, #carnet d'humeurs

Repost 0
Commenter cet article

tania 21/08/2016 13:37

c est un chouette article
moi pas d'amis qui vit à l'étranger mais je voyage

Magali 21/08/2016 20:20

Merci pour ton commentaire Tania :)