Tribulations sur le chemin du zéro déchet

Publié le 4 Août 2016

Tribulations sur le chemin du zéro déchet

Quand j'ai décidé de m'engager dans ce processus, je voulais que tout aille vite, j'espérais trouver des solutions rapides. Je me doutais bien que ça ne serait pas le cas pourtant. On vit dans une société de suremballage, de tout et n'importe quoi. Alors j'ai cherché, décortiqué, je me suis procurée Famille presque Zéro déchet, the guide, qui est assez ludique. C'est léger, plein d'illustrations et d'auto-dérision qui rendent accessible et donne envie de s'engager dans un tel truc (c'est quand même pas une mince affaire de décider de se lancer dans le zéro déchet).

Au début, j'ai commencé à chercher autour de chez moi, j'ai passé des heures sur internet, pas grand chose, un magasin bio qui propose quelques bricoles en vrac, un autre un peu plus loin qui propose un peu plus mais moins accessible pour moi, et puis il y a Genève, les prix suisses forcément, et pas non plus beaucoup de possibilités. J'ai découvert la jolie épicerie Nature en vrac dans le quartier des Grottes dont vous voyez les photos ici. L'intérieur est très joli, il y a pas mal de choses, un large choix de pâtes/graines/riz en vrac, tout n'est pas sans emballage toutefois, pour le reste, des récipients, bocaux, bouteilles (pour les huiles par exemple), sachets sont vendus séparément au cas où on oublie les nôtres. Il y a quelques cosmétiques et accessoires zéro déchet comme les fameuses brosses à dent biodégradables en bambou.

J'en suis où concrètement ? J'ai maintenant quelques réflexes que je n'avais pas avant, "penser zéro déchet" me permet en fait de réfléchir mes actes d'une autre manière, de réfléchir mes achats. Je ne vais pas mentir, c'est fatiguant, c'est un gros effort (le bicarbonate de soude pour se laver les dents j'en peux plus ! je crois qu'il faut que je fabrique mon dentrifice en fait), c'est une gymnastique mentale qu'on est pas habitué à faire, à chaque tentation je me dit "est-ce que j'en ai besoin ? " "pourquoi j'achète ce produit et pourquoi j'accepte le papier/sac qu'on me tend par ex?"  Rien n'est fait non plus pour nous aider. Je refuse les sacs inutiles, désormais je glisse un totebag en coton dans mon sac à main au cas où, j'ai réduit ma consommation de café à emporter mais je ne l'ai pas arrêté, le bicarbonate de soude qui sert à plein de choses passe de la salle de bain à la machine à laver..., je n'achète plus de cosmétique depuis un bout de temps et je finis ce que j'ai, j'achète ce que je peux en vrac... Et puis, j'en fais un jeu, je m'amuse face aux contraintes, c'est comme un défi, je découvre plein de choses, et ça c'est drôlement chouette. 

A suivre...

Tribulations sur le chemin du zéro déchet
Tribulations sur le chemin du zéro déchet
Tribulations sur le chemin du zéro déchet
Tribulations sur le chemin du zéro déchet
Tribulations sur le chemin du zéro déchet
Tribulations sur le chemin du zéro déchet
Tribulations sur le chemin du zéro déchet
Tribulations sur le chemin du zéro déchet
Tribulations sur le chemin du zéro déchet

Nature en vrac, Place des Grottes 1, Genève

Rédigé par Magali

Publié dans #carnet d'humeurs, #Genève

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Dune et Effie 05/08/2016 20:03

C'est drôle que je tombe sur hellocoton sur cet article aujourd'hui car je venais de découvrir l'existence de ce magasin en lisant un article dans Le temps...Et je m'étais dit qu'il fallait que j'y passe ! Ton article me conforme dans mon idée !

Magali 06/08/2016 14:04

il n'y a pas de hasard... :)

diana 04/08/2016 22:42

wonderful photos

http://www.queenhorsfall.com/

Magali 05/08/2016 00:23

Thank you dear Diana :)