Après quelques mois de yoga

Publié le 2 Septembre 2016

Après quelques mois de yoga

Je l'ai évoqué dans un précédent billet, je me suis mise au yoga. Il y a plus d'un an, peut être deux, j'en ai fait environ 5 mois mais je n'étais pas convaincue, le style de cours et les horaires m'ont fait arrêter. Et puis bon, la vie, les cours, le temps qui passe, tout ça, je m'y suis jamais remise. Les tarifs étant ce qu'ils sont à Genève, j'ai laissé ça de côté. J'ai toujours gardé le yoga en tête comme un petit regret. Et puis en Février, cette année, je me suis souvenue qu'avec mon statut d'étudiante, j'avais droit à des tarifs hyper chouettes sur tout un tas de cours donnés dans Genève. Alors voilà, je me suis inscrite, un cours de hatha flow et un autre de power yoga. Bon celui-ci ce n'est pas tout à fait du yoga, c'est plus de la gym tonique inspirée de postures de yoga. Et ça m'a convaincue, j'ai adoré. J'ai adoré aller dans cette petite boutique à côté de mon école, choisir un pantalon couleur parme, choisir un tapis violet et une sangle violette -tant qu'à faire!-  prendre mon tapis sous le bras les vendredi et finir la semaine par une heure de power yoga, j'ai adoré transpirer sur mon tapis violet en position de je sais plus quoi, j'en ai parfois un peu voulu à la prof mais jamais tout à fait, et quand je me dirigeais vers la sortie après un détour par le vestiaire, un peu transpirante encore, sentant tous mes muscles et tout mon corps comme régénérés par l'effort, avec une pointe de fièrté et de gratitude de m'être motivée, d'avoir tenu les postures autant que je pouvais, tout à coup, je l'aimais bien la prof. Et je me sentais remplie, légère. Je ne sais pas si c'est le Namasté de la fin, le fait de respirer, de sentir l'air qui passe dans mes poumons et de me sentir vivante, mais j'ai entrevu certaines choses sous un nouvel angle, peu à peu, le yoga a fait bouger des pions dans ma vie, comme par un jeu d'équilibre. Et puis il y a l'envie, ou la nécessité peut être, de vraiment être là où je suis, de saisir les instants. A moins que ce ne soit l'inverse justement. Oui, c'est peut être bien l'inverse. Ce serait plutôt d'accepter de les laisser filer, les instants. 

Rédigé par Magali

Publié dans #carnet d'humeurs, #un peu de moi (dedans)

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article