Mes séries de l'été

Publié le 11 Septembre 2016

Mes séries de l'été

Hello ! Cet été, j'ai découvert quelques séries récentes et d'autres moins récentes, et heureusement pour moi, chaque saison visionnée avait (seulement) 10 épisodes environ.

Baby Daddy, Saison 1 seulement. C'était ma série post-exa de Juillet, celle que l'on regarde comme un doudou, qui nous permet de nous reposer, de ne pas trop réfléchir, de se détendre. En très bref, c'est l'histoire d'un jeune qui emménage avec son meilleur ami et son frère. A peine les cartons déposés dans l'appart', la sonnette retentit. Sur le palier, un bébé et un mot lui disant quelque chose du type "je suis désolée, je n'y arrive pas, voilà notre bébé". Sur ce, la maman du jeune -personnage très drôle- va venir s'en mêler, la bonne copine aussi, secrètement amouresue de lui et le frère du jeune papa est secrètement amoureux d'elle, vous voyez le tableau je pense. Je n'ai pas continué parce que je crois que j'étais dans une phase où j'avais besoin de ce type d'humour, de légèreté. Ca m'a fait beaucoup de bien et je suis passée à autre chose.

The Girlfriend Experience. Je ne me souviens plus si je l'ai vu en Juillet ou Juin ? Petit doute... mais je la mets quand même dans cette liste. Alors là, on change de style ! Topo rapide : une jeune étudiante en droit va se lancer dans un boulot d'escort, après avoir vu le train de vie que menait une de ses copines ayant cette double vie étudiante/escort. C'est un regard critique, un peu cynique, froid et franc sur la société occidentale et c'est assez cru aussi, on est bien loin de la version fun de la série The secret Diary of a call girl. La mise en scène et le scénario sont excellents je trouve, l'actrice aussi. Elle, c'est Riley Keough, la fille de Lisa Marie Prestley et petite fille du King Elvis au passage.

Love. J'ai beaucoup aimé. Pourtant les deux protagonistes m'agacent, mais, et c'est là que je trouve la série très bien écrite, malgré tout, j'aime la série. Un peu comme Girls où les filles et leur réactions me sortent par les yeux parfois et pourtant, j'adore cette série. Les titres d'ailleurs, Love et Girls, ont ce truc en commun qui pourrait évoquer quelque chose d'édulcoré, ben alors on y est pas du tout. Autant dans l'une que l'autre, les personnages sont en vrac, le situations sont de drôles de rappel de ce que nous sommes, en cette fin de vingtaine et début de la trentaine, et viennent comme un miroir nous montrer ce que nous n'aimons pas voir chez nous. Revenons à Love. C'est l'histoire d'une fille et d'un garçon qui rompent chacun de leur côté avec leur partenaire respectif en tout début de série. Ils pleurent, ils rament. Et ils vont se rencontrer. Ils n'ont rien en commun. Lui est gentil, tellement qu'il ose à peine dire ce qu'il pense, tellement qu'il pète un cable parfois parce que ça explose. Elle, est franche et plutôt du genre sans scrupule. Mais c'est une façade. Il y a aussi de cool personnages secondaires et des scènes hilarantes, celle de leur rencontre est une de mes préférées, mais je n'en dis pas plus. Love est complètement dans cette lignée de série aux "héros" ni vraiment héroïques ni à la situation enviable (comme Girls donc), on est dans quelque chose de plus proche du réel, dans quelque chose de plus cru et pas lisse du tout. C'est très drôle, un peu déjanté, et tendre aussi.

Stranger Things : J'ai failli passer à côté. J'ai commencé à regarder au début de l'été mais j'étais réticente par rapport à l'aspect fantastique. Au bout de 5 mn j'ai arrêté. Et puis, à force d'en entendre parler, je me suis lancée. Ca se passe au début des années 80. C'est l'histoire de quatre garçons, très amis. Un d'eux va disparaître en rentrant chez lui un soir. A peu près au même moment, une fille sortie de nulle part débarque dans la vie de ces 3 garçons. La mère du petit disparu, jouée par Winona Ryder, est persuadée que son fils n'est pas mort. De leur côté, les amis se mettent à faire leur enquête, aidée par leur nouvelle amie. C'est tendre, parfois drôle, et assez flippant aussi, c'est un mix hyper réussi qui nous fait passer par différentes émotions en l'espace parfois de quelques minutes. Les acteurs enfants sont vraiment extra. C'est très très réussi. Mais surtout, c'est un bel hommage au cinéma des années 80's, 90's. De la bande-son qui m'a parfois foutu les larmes aux yeux parce que ça m'évoquait des films d'enfance (la musique "Kids" olala cette musique), à l'histoire elle-même, en passant par des scènes inspirées de films, et même à la présence de Winona Ryder qui évoque forcément une certaine époque du cinéma, Stranger Things, a, je crois touché toute une génération qui a, entre autres, grandi et pleuré devant E.T (genre moi) ou autre. La liste des références qu'on peut y voir est longue. C'est mon gros coup de coeur de l'été (même si j'ai eu peur).

Sur ce, je vous souhaite une jolie fin de week end !

Rédigé par Magali

Publié dans #Séries tv

Repost 0
Commenter cet article