Go for it

Publié le 16 Avril 2017

Go for it

Les gens, les choses, les lieux, ne me manquent pas, sauf quand j’y reviens. Quand j’y reviens, je réalise le temps qui s’est écoulé et c'est la sensation légère, joyeuse des retrouvailles qui me fait réaliser le temps qui s'est écoulé depuis la dernière fois. Comme quand on parle à un proche dont la voix familière réchauffe tout à coup, après des semaines, des mois sans pouvoir trop se parler et qu'on avait presque oublié les intonations et le timbre. Alors écrire ici, je n'ai pas eu le temps d'y penser depuis des semaines, mais maintenant que je suis là, je retrouve ce sentiment agréable, ça fait un bout de temps quand même. J'aurai pu, peut être, venir raconter le dernier film, la dernière découverte, le dernier coffee shop en ville, le dernier... mais voilà, j'ai touché du doigt quelque chose d'essentiel en ce début d'année, qu'il fallait que je mette en place pour moi dans ma vie depuis bien longtemps. Me recentrer, ne pas remettre à plus tard, parce que ça commence à bien faire, aller à l'essentiel. Faire des choix. Choisir c'est renoncer. On nous le dit, on le sait, on le sait très bien, on croit le comprendre. Et puis un jour, on le comprend vraiment. On comprend ce que ça implique.

A plusieurs reprises, depuis ces dernières années, j'ai senti un sentiment de manque, de frustration, comme un accomplissement qui n'arrivait toujours pas. Pour être plus précise, je sentais que c'était à moi d'agir mais comment, dans quel sens, qu'est-ce que je veux, dans quoi je pourrais m'épanouir -de plus que ce que j'ai déjà- qu'est-ce qui m'attire, pourquoi ça me fait peur, pourquoi je n'essaye pas. Et si ça ne marche pas ? Et comme en résonance, j'ai lu, entendu, vu des tas de choses à propos de ce fameux et si ça ne marche pas. De conférences TEDx aux interviews de coach et autres professionnels dans le développement personnel, en passant par cette citation de Mark Twain qui me trottait en tête, Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait, elle est belle cette phrase, non?, j'ai cheminé. Beaucoup. Et je n'ai pas fait que penser. A un moment, j'ai bougé. C'était il y a plus d'un an maintenant. Et peu à peu, imperceptiblement, les pions se sont déplacés.

Alors pourquoi j'ai disparu tout le mois de Mars et un peu plus ? La vie, cette drôle de farceuse, m'a mis sur la route un projet, pile au moment où j'étais prête à le recevoir, et puis ce projet semblait venir vérifier si ce que je veux, je le veux vraiment, avec tout le package, un peu comme un test. Quand on a un rêve, on ne pense pas forcément à tout ce qu'il y aura sur le chemin et qui fait partie du lot. Ca me rappelle ce que Elisabeth Gilbert écrit dans Big Magic, ok tu veux être écrivain, artiste, peintre, danseur... mais est-ce que tu le veux assez pour supporter les difficultés, les échecs, les douleurs, les rejets multiples, et les pages nulles que tu vas écrire parce que tu vas en écrire ! Si tu ne supportes pas l'idée, fais autre chose, parce que échouer fait partie intégrante de ça, en fait. Alors en mars, j'ai eu l'impression de m'entendre dire, OK, c'est ça que tu veux vivre ? Alors, voilà, c'est pour toi, cadeau. Et c'était à la fois merveilleux, stressant, inattendu et en même temps, pas si inattendu parce que, damn, j'avais travaillé pour que ça arrive ! Et pourtant, quand ça nous tombe dessus, on se dit que quand même, c'est trop beau (et à propos du quoi? j'en parlerai en temps voulu). Et puis, comme un effet boule de neige, une chose en a entraîné une autre. Ce que j'ai longtemps imaginé, visualisé, semble me tomber dessus, et comme par hasard, c'est tout en même temps.

Je retiens surtout une chose de tout ça, c'est qu'au delà du résultat et de l'aboutissement, réussite, échec de ce que j'ai entrepris, avoir confiance et mettre en place concrètement des choses dans sa vie peut vous faire décoller, très haut, très longtemps. Et quand vous retomberez, vous vous relèverez, parce que savez bien comment ça fonctionne désormais.

Rédigé par Magali

Publié dans #carnet d'humeurs

Repost 0
Commenter cet article

Emeline 17/04/2017 16:45

Bravo ma petite kumbala

Magali 18/04/2017 14:36

Merci... :-))