Sur les ondes

Publié le 30 Avril 2017

Sur les ondes

Quand j'étais à la fac à Aix en Provence, je me souviens de soirées entières où j'écrivais des pages et des pages d'écriture en chinois (pour retenir les caractères, pas parce que ça m'amusait particulièrement même si j'aimais ça), en fond, il y avait toujours France Inter allumé. Je n'ai plus écouté la radio depuis des années, je ne sais pas vraiment pourquoi. Mais depuis quelques temps, j'y reprend goût au "sans image", à l'aspect non visuel, juste l'écoute, c'est reposant et ça permet d'apprendre un tas de trucs d'une autre manière, j'ai presque l'impression qu'il y a quelque chose de sain à ne pas avoir d'image sous les yeux, et donc je suis devenue complètement accro aux podcasts et à certains programmes indépendants.

La poudre, "Comment se construit-on en tant que femme aujourd'hui ? " Une interview d'une heure environ avec une femme, artiste, politique ou autre... Ca parle de féminisme, de féminité, et de construction de soi à travers l'éducation et le parcours de la femme interviewée. C'est à la fois léger et profond. On y découvre l'impact des figures féminines familiale sur le parcours de Garance Doré mais aussi comment l'éducation d'un père peut libérer une femme, on réfléchit quand Pénélope Bagieu évoque l'absurdité du mot "fille" pour parler des femmes, et qu'il faudrait peut être commencer par là, nous donner le droit d'être des femmes à un moment donné, se nommer nous-mêmes en tant que telle, est-ce qu'on parle d'un homme de 35 ans comme d'un "garçon" ? Et ça parle d'encore plein de trucs.

Transfert, Slate.fr Des récits de vie. J'ai toujours adoré tout ce qui est réel, les récits biographiques, les films qui racontent la vie des gens, les bio plus que les fictions etc. Je suis complètement fan de ce programme "Transfert". Ca dure 30 minutes environ, ce sont des histoires de vie racontées par ceux et celles qui les ont vécues. Les gens ne racontent pas des moments faciles, au contraire, plutôt des moments douloureux, honteux, saugrenus et des trucs pas cool du tout qui leur sont arrivés et qui peuvent nous être arrivés aussi, et c'est là que le programme prend tout son intérêt. Ca nous renvoie beaucoup à nous-mêmes. On sent qu'il y a une prise de recul chez ceux qui racontent, pas tellement de jugement, on est plus dans quelque chose de l'ordre de l'acceptation. Comment se séparait-on avant Facebook? évoque la tentation du stalking et l'impact des réseaux sociaux sur nos relations, notre vie, le passé... Jusqu'où peut-on aller pour devenir ami avec ses voisins ? est dingue de sincérité, parce qu'il faut déjà oser la raconter cette histoire, j'ai adoré, surtout la fin ! L'histoire d'un secret qui a attendu 10 ans de mariage pour sortir est magnifique d'humanité. J'en dirai rien de plus parce que j'en dirais trop.

Isadora Duncan, Naissance d'une superstar, sur France Inter, un épisode de Autant en emporte l'histoire, parce que, la danse, et parce que Isadora Duncan.

Rédigé par Magali

Publié dans #Culture en vrac

Repost 0
Commenter cet article

Angelilie 06/05/2017 21:30

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une découverte et un enchantement.N'hésitez pas à venir visiter mon blog : cliquez sur mon pseudo. au plaisir

Emeline 02/05/2017 11:45

Chouette! Je commence aussi à en avoir marre des écrans... je testerai!