Mise à nue

Publié le 26 Mai 2017

photo by Sarah Levy

photo by Sarah Levy

Un saut en parachute. C'est ce que j'ai pensé en sortant de la salle ce soir-là. Je venais de faire un méga saut en parachute.

Il y a quelques années, c'était devenu presque courant, de sauter en parachute, au sens littéral, on a tous vu ces vidéos j'imagine, qui ont commencé à envahir nos fils d'actu Facebook, d'un ami, d'une connaissance, d'un ami d'un ami, qui faisait le grand saut du haut d'un avion. On a dû être nombreux à se dire que cette personne-là était vraiment courageuse et à se demander si nous on oserait. J'ai pensé que peut-être un jour, j'oserais, je serais assez courageuse moi aussi pour faire un truc pareil. Seulement voilà, ce jour-là n'est jamais arrivé. Et j'ai fini par penser que j'étais moins courageuse que ceux-là. Que j'étais, moins. En y réfléchissant, je me suis aperçue que ça ne me tentait pas, pas forcément par peur, oui sans doute, mais aussi que ça ne m'intéressait tout simplement pas, le grand frisson, ou plutôt "ce" grand frisson-là ne m'intéressait pas. Ce n'était pas le frisson que je voulais vivre.

Et puis, le temps est passé. Il y a quelques semaines, j'ai senti que j'étais prête. J'étais prête à faire cette chose qui me faisait peur mais que je voulais faire. Je devinais que, derrière la peur, se trouvait une expérience que je n'oublierais sans doute jamais et qu'il n'y aurait pas de moment plus parfait pour me lancer. Alors j'ai foncé.

J'ai respiré à fond pendant 48 heures en réalisant ce que j'allais faire. Et puis, j'ai réfléchi, j'ai testé, j'ai lu et pris des idées ici et là. Parce qu'on est pas préparé, personne ne nous briefe avant, ce n'est pas la culture du lieu, ni même du milieu je crois, on arrive sur le lieu, on se prépare, on se lance. Le jour est arrivé. J'étais curieusement prête et la peur des jours précédent avait été complètement apprivoisée.

Mon saut à moi, c'était de poser comme modèle vivant dans un cours de dessin. Tacitement, ça veut dire poser nue. On a tous un "saut en parachute" à faire. Un, plusieurs même. On a tous une expérience à vivre qui peut nous amener encore un peu plus près de la personne qu'on aspire à être. Il faut juste se laisser le temps de comprendre de quoi on a besoin, de quoi on a véritablement envie, et ne pas se laisser immergée par les envies des autres, qui ne sont que le reflet des obstacles qu'ils ont envie de franchir, eux, pas nous. Ca peut être de faire lire pour la première fois un de nos écrits, d'oser dire à quelqu'un qu'on l'aime alors qu'on est si pudique, de prendre la parole en public, de dire non alors qu'on dit toujours oui, ça peut être d'arrêter de fumer ou d'aller chez le psy. Et ça peut être de sauter en parachute ou de poser nue dans un cours de dessin. Je savais que derrière la peur de la nudité pouvait se trouver une des expériences les plus transformatrices et les plus belles que j'avais envie de vivre. Et c'était vrai, bien au-delà de tout ce que j'aurais pu imaginer. Derrière cette peur, il y avait une expérience que je n'oublierai jamais.

 

Rédigé par Magali

Publié dans #carnet d'humeurs

Repost 0
Commenter cet article