J'ai rendez-vous avec Paris

Publié le 5 Juin 2013

Paris-Mars-2013-038.JPG Le mois de Juin sera parisien ou ne sera pas.

Paris. J'aime cette ville, vraiment. Pas au point de sous-estimer toutes les autres villes, pas au point de dénigrer le reste de la France que je n'appelle jamais la Province, je n'aime pas cette expression. Je n'aime pas les gens qui dénigrent le reste. "Quand tu vis à Paris, il y a tout, ça ne sert à rien d'aller voir ailleurs." Je vous assure, j'ai entendu cette phrase un jour, elle était prononcée avec un tel mépris et une telle bêtise que j'en ai eu une aversion pour son auteur. Même si j'admets que Paris ne se compare pas facilement.

Quand je vivais loin de la France, Paris me manquait terriblement. Ses cafés, ses brasseries, sa Tour Eiffel moche tout en ferraille, oui je la trouve moche mais tellement émouvante, ses quais de Seine me manquaient, sa Notre-Dame vertigineuse, ses gens pressés, ses escalators à la sortie du métro où il faut se ranger sur la droite, son café noir à la Bastille, sa Conciergerie et ses Champs-Elysées, le son sourd des moteurs qui remontent l'avenue, son Arc de Triomphe, et le souvenir de ce soir-là où, sur un coup de tête, nous tenant par la main comme des gamines, nous avions couru, avec une amie, couru à travers les rues, guidées par les lumières noctures de la Tour Eiffel, et où elle était apparue au détour d'une rue, enfin, devant nous, tellement belle cette Tour Eiffel dans la nuit.

Paris-Mars-2013-043.JPGQuand je suis loin de Paris, ce qui me manque, c'est l'émerveillement constant. Cette chose qui me file des frissons. Cette chose qui me rend fière et heureuse de me tenir là.

Paris est singulière. Je n'ai retrouvé ça nulle part ailleurs. C'est difficile à comprendre pour quelqu'un qui n'est pas amoureux de cette ville. Mais quand on l'est, on l'a dans la peau. On peut s'en éloigner, des mois, des années. On y revient toujours avec le même sentiment. Y revenir, c'est comme retrouver une vieille connaissance, une amitié solide. C'est retrouver un sentiment qu'on croyait éteint, et se rendre compte à quel point elle nous a manqué. Tellement, qu'on ne veut plus la quitter. Pourtant quand le train quitte la gare, on est comblé. Parce qu'on sait qu'elle sera là au rendez-vous la prochaine fois, quand on le décidera. Paris ne fait jamais faux bond. On la retrouvera un jour, comme avant, et elle se tiendra prête.

Elle ne nous quitte jamais tout à fait quand on part. On l'emporte avec nous.

Paris-Mars-2013-066.JPGParis ne m'a jamais plantée. Sa beauté m'émerveille depuis bientôt 15 ans, sans me lasser, jamais, de ses monuments, de son ciel gris ou bleu, qu'importe, sa couleur je m'en fous, c'est le ciel de Paris.

Paris est au delà de la beauté. Paris est crâneuse, rêveuse, renversante, orgueilleuse, fière, impérieuse, étourdissante, déchirante, chiante, lumineuse, attachante, bouleversante. Paris est tellement française. Paris n'accueille pas, c'est nous qui la cueillons, nous qui devons la prendre, et l'apprendre aussi. Elle donne tellement à voir, encore faut-il savoir la regarder.Paris-Mars-2013-092.JPG

Et c'est pour toutes ces raisons que j'aime la faire découvrir, et que j'ai de la peine quand je la fais découvrir et qu'on ne la voit pas, pas vraiment. C'est comme présenter à quelqu'un une personne exceptionnelle qui ne sera pas comprise, et qu'on ne peut s'empêcher de penser "mais enfin, tu ne vois pas ce que je vois ? tu ne vois pas?"

Paris est ma date du mois de Juin. Je n'ai besoin de rien d'autre.Paris-Mars-2013-037.JPG

Rédigé par Mimi

Publié dans #Paris

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article