What a wonderful world

Publié le 22 Octobre 2010

http://4.bp.blogspot.com/_mxPbdTtrZhc/SrVvZUeT_OI/AAAAAAAAANU/E1hFV02_kSI/s320/broken_embraces_etreintes_brisees_pedro_almodovar_penelope_cruz_01.jpg

Alors que le froid me griffe les paupières, je presse le pas et manque de bousculer un passant, j’ai froid, j’ai faim, je suis fatiguée. Fin de journée. Vacances. Je ne souhaite qu’une chose, atteindre le fond de mon sac en feutre et y trouver mes clés, rentrer au chaud, manger des kinders et me blottir dans le canapé devant de vieux Grey’s Anatomy. Je calcule mentalement le nombre de jours, d’heures, de minutes qui s’offrent à moi. Aurais-je simplement le temps de faire, de ne pas faire, de ne rien faire ? Au programme : lire les news tous les jours en buvant mon thé, mon chocolat, mon café-j’aime changer le matin, terminer ce livre que j’ai commencé il y a… et prendre plein de notes, aller voir le dernier Woody Allen même si les critiques sont mauvaises-je n’écoute jamais les critiques-, écouter Je t’aime moi non plus parce que ça fait longtemps, regarder Quand Harry rencontre Sally, m’acheter des bottes fourrées en laine de mouton- surtout plein de laine !- parce qu’il fait décidément trop froid et me l’acheter ce pain au chocolat et aux amandes.

Du repos bien mérité pour penser à ce que je dois faire, le faire, y penser en tout cas, pour finalement n’en faire que la moitié. On connaît la chanson. Ca se termine toujours pareil.

Mais pour l’instant, je suis en vacances, et c’est tout ce qui compte.

 

Rédigé par Mimi

Publié dans #carnet d'humeurs

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article