L'histoire vraie de mon pull-over {ou la transparence d'Ekyog}

Publié le 18 Septembre 2013

L'histoire vraie de mon pull-over {ou la transparence d'Ekyog}

Ekyog est vraiment une de mes marques françaises chouchous de prêt à porter (j'en ai déjà parlé ici lors de la collection capsule "Lolita Lempicka pour Ekyog"). C'est avec Ekyog que j'ai compris la signification de "matières nobles", je veux dire par là qu'on sent vraiment la différence sur la peau, y a pas à tortiller, on sent la différence, c'est tout. Quand on qualifie certains vêtements de "respectueux" pour la peau, je vois vraiment ce que ça veut dire maintenant. A tel point qu'il est difficile parfois de se tourner vers de la moindre qualité. Mais c'est une autre histoire.

Aujourd'hui, Ekyog lance un projet assez fou dans le milieu du textile baptisé "Green Chic". Du 11 Septembre au 3 octobre, il est possible de connaitre l'histoire de chaque habit de la collection en cours. Sur le site de la marque, en se référant au numéro attribué, on peut lire la petite histoire de l'habit que l'on tient entre les mains. L'atelier où il a été fabriqué, le pays, une ou deux anecdotes. C'est énorme. J'adore. En fait, pas si énorme que ça, disons que venant d'une marque comme Ekyog, c'est une continuité logique, étant donné que la marque est engagée depuis le début, éthiquement parlant.

L'histoire vraie de mon pull-over {ou la transparence d'Ekyog}

Ah oui, et la semaine dernière, la collection des sweats à message et des pochettes assorties, tout en coton bio, est sortie en boutique. J'ai pris le sweat violet, étant donné que je manque de pull (parce que j'achète trop de robes) et j'ai pris la pochette rose, pratique pour y mettre plein de choses. Pas du maquillage en tout cas, car elle est en coton. Des bijoux plutôt, quand je pars en voyage.

Mon sweat Dowie (c'est son nom) que vous pouvez donc voir sur toutes les photos ou presque, a été fabriqué en Turquie (si je sais bien lire la carte) dans un petit atelier familial où tout a été mis en œuvre pour que les employés s'y sentent bien. Repas gratuits, prise en charge de la scolarité d'enfants entre autres. Évidemment Dowie est en coton bio. Son message: No toxic.

L'histoire vraie de mon pull-over {ou la transparence d'Ekyog}
L'histoire vraie de mon pull-over {ou la transparence d'Ekyog}
L'histoire vraie de mon pull-over {ou la transparence d'Ekyog}

Voilà. Il y a dans mon petit pull comme un supplément d'âme, qui me le rend encore plus doux, je crois. Bien plus doux.

Au fait, j'ai vu que Ekyog était vendu à Genève en Suisse au Centre Commercial Manor, ENFIN !

Sur ce, bonne journée !

Rédigé par Mimi

Publié dans #Mode&Style

Repost 0
Commenter cet article

Emeline 18/09/2013 17:58

Tu as acheté un pull et une pochette!! Ils me font de l'oeil aussi...

Magali 19/09/2013 18:19

Tu resistes bien à ce genre de choses. Mais est il utile de resister tout le temps?...;)

Emeline 19/09/2013 13:14

Moi aussi il m'en faudrait un, tu penses que je vais résister?!

Magali 18/09/2013 22:34

Oui j'ai craqué... il me fallait un pull alors...;)