New Delhi-Paris. Un an après.

Publié le 6 Août 2013

New Delhi-Paris. Un an après.

Il y a un an, à quelques jours près, je revenais d'un voyage de 3 semaines en Inde.

Aujourd'hui, j'ai tellement usé de mots pour raconter ce voyage qu'aucun ne me paraît plus assez bien pour dire le sentiment que j'ai en y repensant. Peut être un mot reste encore assez chargé de sens. Dévastée.

Ceux qui ont entrepris ce voyage-là un jour savent de quoi je parle. Pour tous les autres, qui n'êtes jamais allés en Inde, imaginez une photographie pleine de couleurs. Et puis vous plongez dans cette image aux couleurs chatoyantes, et là, vous vous apercevez que la photo ne racontait pas grand chose de la réalité. Mais c'est déjà trop tard, vous êtes passés de l'autre côté, vous êtes dans la photo.

La photo du départ ne racontait ni l'humidité poisseuse, ni les habits qui collent, ni la poussière dans les cheveux, ni la circulation folle et les mobylettes qui vous frôlent à toute allure dans les ruelles de Jodhpur, ni le thé servi dans le désert à Pushkar, ni la terre que l'on prend par petite poignée et qui sert de liquide vaisselle dans les gobelets pour le thé.

La photo du départ ne racontait pas non plus le vieil homme intimidé devant l'appareil photo et son image captée sur l'écran, elle ne racontait pas l'enfant et ses chaussures de bois trop grandes, elle ne racontait pas la famille et les 5 ou 6 sœurs qui vivaient au milieu de nulle part avec pour maison quelques mètres carrés mais la nature, l'immense nature et des champs à perte de vue comme terrain de jeu.

La photo ne racontait ni le visage des intouchables, ni ces hommes qui se droguaient et qu'il fallait enjamber en pleine journée à New Delhi.

La photo du départ ne racontait pas ces bus de fortune à travers tout le Rajasthan, et ces 18 heures dingues pour rejoindre Agra, la nuit entourée d'hommes, à rouler dans le noir, dans un pays où les femmes ne voyagent pas trop tard et jamais seules.

New Delhi-Paris. Un an après.
New Delhi-Paris. Un an après.
New Delhi-Paris. Un an après.
New Delhi-Paris. Un an après.
New Delhi-Paris. Un an après.

La photo ne racontait pas ce sentiment indescriptible qui vous a étreint à la fin du voyage, un matin à l'aube, devant cette merveille dont vous aviez rêvez toute votre vie, d'un blanc immaculé presque irréel, s'élevant dans la brume, et que l'on appelle le Taj Mahal.

La photo que vous aviez sous les yeux avant de partir en Inde ne racontait aucun des états par lesquels vous passeriez. Aucun des sentiments qui viendraient vous submerger.

La stupéfaction, la surprise, la peur, l'horreur, le dégoût, l'appréhension, la tension, la violence, le rejet. Et puis. L'empathie, la tristesse, la douleur, la compréhension, l'étonnement, l'amusement. La tolérance, et puis un jour, l'amour.

Et aussi ce sentiment bien particulier qui n'appartient qu'à l'Inde je crois, celui de se sentir fabuleusement, extraordinairement, foutrement, incroyablement vivant.

New Delhi-Paris. Un an après.
New Delhi-Paris. Un an après.
New Delhi-Paris. Un an après.
New Delhi-Paris. Un an après.
New Delhi-Paris. Un an après.
New Delhi-Paris. Un an après.

Un récit de voyage n’est pas à partager avec n'importe qui. Les personnes malveillantes tournent volontiers la chose en dérision, le mal être du pays, et la maladie après le retour en France. Il y a des choses qui ne se tournent pas en dérision, par simple respect. Je pourrai toujours en rire avec mes amis, de ce voyage, mais je ne souris jamais quand quelqu'un en rit devant moi.

Certaines personnes ne méritent pas que l'on partage un bout de voyage avec eux. Nos récits ne sont pas à donner à n'importe qui, c'est bien trop précieux. On ne donne pas des perles aux cochons.

Heureusement, les personnes bienveillantes ont été plus nombreuses et ce sont elles dont je me rappelle, de leur présence, et de leur silence entre deux mots brisés au milieu du récit.

New Delhi-Paris. Un an après.

Rédigé par Mimi

Publié dans #Inde-Rajasthan

Repost 0
Commenter cet article

Feresa 28/08/2013 09:02

En me balladant sur le net, je suis tombée sur ton blog. je cherchais l'adresse d'un café à Paris que j'ai repéré hier (le moore, bd du Temple) et voilà que je tombe un post sur l'Inde. Un an que j'en suis revenue, après juste un mois de voyage. Le voyage le plus extraordinaire que j'ai fait et j'ai l'impression que tu as ressenti la même chose : la chaleur étouffante, la fatigue du climat, du bruit, des odeurs mais surtout ces couleurs, ces gens incroyables. Cette impression d'être enfin vivant et d'oublier tout le superficiel qui au final ne nous rend pas heureux. Merci pour ce post, ça m'a replongé dans ces souvenirs, difficiles à partager avec ceux qui ne connaissent pas ce pays ou qui se sont contentés de parcourir du regard pauvreté, saleté sans voir les yeux pétillants et la bonne humeur de ce peuple adorable...
On ne se remet jamais d'un voyage comme ça je pense.
Bonne continuation à toi

1001 découvertes d'une chti 06/08/2013 22:11

wahhh c'est grandiose!

Emeline 06/08/2013 18:25

C'est très beau ce que tu as écrit... (et tes photos aussi sont très belles). Je crois que, ça y est tu arrives à mettre des mots, des phrases sur l'inexplicable...

Magali 06/08/2013 20:50

Merci... pour tout.